Interview de Marjorie Daubas, distributrice Indépendante LifeWave. Dans cette interview, Marjorie vous présente les patchs de photothérapie 100% naturels qu’elle utilise pour la détox, le rééquilibrage énergétique, la régulation du sommeil ou encore la régénération des cellules souches indispensables pour réparer votre corps et pour votre santé. Découvrez les bénéfices de ces patchs et comment Marjorie recommande de les utiliser !

Abonnez-vous à nos flux audios :

Interview version audio :

Transcription

Une vie de famille bien remplie !

Kristine Jouaux : Bonjour à tous !

C’est Kristine de penser-quantique.com et aujourd’hui, j’ai le plaisir d’accueillir Marjorie Daubas. J’ai fait ta connaissance sur un salon à Perpignan il y a quelques années déjà. Et voila, je vais te donner la parole.

Marjorie Daubas : Bonjour Kristine, merci pour ton invitation. Bonjour à toutes et à tous. Je suis ravie d’être là.

Kristine Jouaux : Et donc nous allons parler de cellules souches, d’énergie, de toutes ces choses qui nous intéressent que tu connais particulièrement, et en plus tu as l’habitude de donner des conférences et d’expliquer ces thèmes-là, donc je sais que tu es très pédagogue et donc normalement, on va se régaler. Ça va être passionnant !

Marjorie Daubas : Merci beaucoup.

Actuellement, je vis à Montagnac dans l’Hérault et dans ma famille. J’ai quatre enfants, comme toi, Kristine.

Alors, j’ai fait des choix dans ma vie, on va dire, un peu hors norme par rapport à notamment l’éducation de mes enfants. Parce que quand Nathan est né, le premier qui a 18 ans maintenant, je ne me retrouvais pas dans l’éducation traditionnelle. En fait, j’avais envie d’autre chose que ce que j’avais connu ou qui se faisait autour de moi. Et donc, j’ai commencé à faire des recherches documentaires, rencontrer des gens qui avaient une autre façon d’accompagner leurs enfants, un peu plus, à mon sens, bienveillant et à l’écoute.

Et voilà donc, petit à petit, au fil du temps, tout ça m’a amenée à être plus dans l’écoute, le respect et l’acceptation des autres d’une manière générale.

Voilà, les enfants, on a fait le choix de l’instruction en famille pour être avec eux et pour vraiment les guider en fonction de nos valeurs et de nos croyances.

Et puis, je me suis intéressée au développement personnel, à l’alimentation vivante.

Et en 2011, j’ai connu des patchs de photothérapie qui m’ont aidée à améliorer ma qualité de vie au niveau du sommeil déjà.

Et j’ai eu envie de les faire connaître parce que pour moi, c’est des produits qui sont très, très intéressants. Et en plus, ils ont une particularité, c’est qu’il n’y a aucune chimie. Donc, je m’explique comment après pour plus de détails.

Donc voilà, j’ai eu envie, en fait, de proposer aux gens un accompagnement avec ces patchs et avec les outils que j’avais développés au fur et à mesure du temps avec les enfants et par rapport à mes connaissances et compétences personnelles qui se sont développées au fil des années.

Voilà donc aujourd’hui, en fait, ma proposition, c’est un accompagnement avec plusieurs outils énergétiques : avec les patchs, l’alimentation, l’éducation, l’éducation positive et du développement personnel.

Kristine Jouaux : Éducation bienveillante aussi bien sûr. T’as pas eu de problème, toi, pendant le confinement ! Tu fais toujours la même chose !

Marjorie Daubas : Non, ça n’a rien changé.

Des outils énergétiques multiples pour prendre soin de soi

Kristine Jouaux : Très bien. Est-ce que tu pourrais nous parler d’énergie, puisque je pense que c’est au cœur de ce que tu connais le mieux !

Marjorie Daubas : Oui, tout à fait.

Alors pour moi, dans l’univers, tout est énergie.

L’énergie, c’est une information qui peut être visible, voilà, les êtres vivants, les objets ou invisibles, par exemple, les champs et les ondes électromagnétiques, les êtres de la nature, les entités, les anges. Voilà, ça en fait partie.

Et certaines personnes, en fait, justement, perçoivent ce qui est imperceptible pour la plupart des gens, grâce à des canaux de clairvoyance clair-audience, claire-saveur…

Et je pense que, en fait, on a tous ces supers pouvoirs. Il faut juste s’en souvenir, en fait, et les activer.

Et d’ailleurs, il y a de plus en plus de personnes qui proposent des livres ou des stages pour apprendre et s’entraîner à utiliser ces capacités.

Kristine Jouaux : Alors, tu dis qu’on a tous les pouvoirs, mais on ne le sait pas tous ?

Marjorie Daubas : C’est ça, en fait, ça tourne autour des croyances. Pour moi, on l’a oublié quand on est venu s’incarner et en fonction de l’éducation qu’on a reçue aussi des modèles et des croyances qu’il y avait dans nos familles, on s’est tourné plus ou moins ou pas du tout vers la spiritualité et vers cette connexion-là.

L’énergie comme outil de « réparation » du corps et de l’esprit

Kristine Jouaux : Oui et d’ailleurs, aujourd’hui on entend quand même beaucoup parler de soins énergétiques. Est-ce que tu pourrais, avec tes mots à toi, essayer de nous qualifier ce que ce que ça recouvre ? Les soins énergétiques en général, s’il te plaît.

Marjorie Daubas : Alors effectivement, c’est pour moi un terme qui est à la fois très vague et vaste. Et du coup, d’une manière générale, pour moi, un soin énergétique va permettre au corps physique et énergétique de se réparer, pour qu’il fonctionne justement de façon plus optimale.

Ça peut être de la réparation matérielle. Je pense aux douleurs, à la cicatrisation, au sommeil.

Ça peut être de la réparation émotionnelle. Justement, avoir une meilleure gestion des émotions, on en parle aussi beaucoup.

Ou alors de la réparation spirituelle avec l’ouverture de la conscience, avec la connexion à l’invisible comme on disait tout à l’heure.

Et ces soins énergétiques, ils peuvent être réalisés par soi-même. En fait, on peut se faire des soins énergétiques, ou par une tierce personne grâce à des outils ou grâce à des capacités justement extra-sensorielles qui sont innées pour certaines personnes ou acquises, puisqu’on peut apprendre à développer ça.

Kristine Jouaux : Voilà, on peut les développer pour soi et pour les autres alors, c’est bien ça ?

Marjorie Daubas : Tout à fait. C’est ce que je pense et je rencontre des gens, d’ailleurs, dont c’est le cas. Certains qui ont ce qu’on appelle des « dons ».

Et des fois, ça se révèle au cours de la vie, c’est pas forcément dès la naissance.

Et il y a d’autres personnes qui suivent justement des stages pour apprendre à mieux se connecter, à mieux s’écouter et tout ça à partir de la connexion au corps, aussi à l’intuition ressentie.

Kristine Jouaux : Par ces soins énergétiques, en quelque sorte, on peut essayer de réparer les corps énergétiques et ensuite ça va se répercuter sur le corps physique. C’est bien ça ?

Marjorie Daubas : Voilà, c’est ce que je pense.

Et il y a aussi dans les outils, par exemple, on a ce qu’on appelle « Ho’Oponopono » ou encore « la loi d’attraction ».

Et on sait que le pouvoir de la pensée n’est pas matérialisé, c’est de l’énergie, des vibrations. Voilà, tout ça influence notre santé physique aussi. Donc, tout est lié et on a ce pouvoir de création.

La guérison vient avant tout de l’intérieur

Kristine Jouaux : On a le pouvoir d’avoir un impact positif sur notre propre vie. Et certaines personnes sur la vie des autres. Mais déjà sur eux, sur nous-mêmes, c’est énorme de prendre conscience de ça, parce que, je pense que tout le monde n’en a pas forcément conscience.

Enfin, moi, j’ai été élevée de manière tout à fait différente à ça, et quand tu es malade, tu vas voir le docteur, tu prends tels cachets…

C’est important, je pense de prendre conscience que l’on peut soi-même activer ses capacités d’auto-guérison. Je ne me trompe pas, c’est ça ?

Marjorie Daubas : Oui, c’est ça.

L’idée c’est justement de retrouver cette autonomie parce qu’on a tout en nous, (arrêtons de déléguer aux autres le pouvoir qu’ils pourraient avoir sur nous!) parce qu’on est complet, en fait.

On a tout à l’intérieur, mais il faut apprendre ça.

Il faut peut-être changer nos croyances, expérimenter aussi pour se rendre compte qu’effectivement, ça fonctionne.

Kristine Jouaux : Et se faire confiance aussi.

Marjorie Daubas : Et se faire confiance, c’est la base, c’est-à-dire, se faire confiance et se respecter par rapport à nos ressentis pour oser des expériences et tenter des choses. Se faire accompagner au départ, ça peut être plus facile pour se lancer et après, tout seul.

Kristine Jouaux : Oui, bien sûr. Parce qu’il y a des tas de personnes qui peuvent nous accompagner sur ce chemin de découverte de soi pour, après, être capable de prendre soin de soi-même.

Marjorie Daubas : Oui, c’est ça.

Ça s’est beaucoup développé ces dernières années parce qu’il y a des personnes qui ont fait ce travail-là pour elles, déjà, il y a des dizaines d’années, et tu as envie de transmettre ça et de le faire connaître justement pour que chacun puisse en conscience retrouver ce pouvoir-là.

Et pour moi, ça va vraiment dans le sens d’améliorer la condition humaine et d’améliorer la vie sur la planète. Je vois ça vraiment à une échelle très, très importante.

Si chacun fait ce travail-là pour soi, déjà, ça va forcément se répercuter sur tout, toute l’humanité parce qu’on est tous reliés.

Des patchs énergétiques 100% naturels commme outils de guérison

Kristine Jouaux : On est tous reliés et c’est pour ça que c’est très important de faire connaître ça, que chacun le découvre et l’applique pour soi déjà.

Et puis, c’est vrai que comme on est tous liés (on est un ensemble), plus on sera nombreux à connaître et à utiliser ces méthodes qui sont parfaitement naturelles et que l’on a déjà en nous, mieux ce sera pour tout le monde d’ailleurs en général.

Est-ce que tu voudrais nous parler de tes patchs ? Parce qu’il y a quelque chose que tu utilises et qui est très intéressant, mais j’aimerais bien que tu nous expliques un peu comment tu les utilises, comment ça fonctionne, enfin, ce que c’est, déjà.

Marjorie Daubas : Oui, effectivement, je vais là pour vous montrer à quoi ça ressemble.

Donc, c’est un patch autocollant qui se pose sur des points d’acupuncture. La spécificité de ces patchs, c’est qu’ils sont non-transdermiques, c’est-à-dire qu’il n’y a aucune substance qui rentre dans le corps.

C’est en ça qu’on peut parler de soins énergétiques pour moi, parce que ça va renvoyer une information encore au corps grâce à la lumière infrarouge que nous émettons qu’on appelle aussi l’AURA.

C’est pas se servir de miroir. Alors je peux donner une image, en fait, ce qui est peut-être parlant pour beaucoup de gens.

En fait, la plupart des gens savent que le soleil, la lumière blanche du soleil, nous permet de synthétiser la vitamine D. Donc, quand on reçoit la lumière, on ne reçoit pas de matière, c’est de la lumière.

La partie UV de la lumière blanche, en fait, c’est une information pour notre corps.

Et l’information, c’est de produire de la vitamine D.

Donc, le patch va fonctionner un peu sur le même principe.

Mais là avec notre lumière infrarouge, quand il est au contact de notre lumière (donc voilà, ça peut être à plusieurs centimètres de notre corps physique), il va absorber cette lumière infrarouge et en renvoyer une partie dans notre corps.

Et c’est ça l’information.

Et comme il existe plusieurs patchs différents, ce n’est pas la même partie de lumière qui va être renvoyée. Et donc, ce n’est pas la même information que notre corps va recevoir… !

Kristine Jouaux : D’accord ! Et c’est pour ça que les patchs, tu disais tu les mets sur des points précis, mais pas n’importe où.

Marjorie Daubas : Alors, il y a des points effectivement précis qui sont plus optimaux pour recevoir l’information.

Mais comme on a des récepteurs nerveux partout, on a des récepteurs énergétiques partout sur le corps. Donc, même si on colle le patch sur la joue, là, même s’il n’y a pas de points de points d’acupuncture, ça va quand même marcher. Le corps va quand même recevoir l’information.

Ce qu’il y a, c’est que l’inventeur des patchs, il s’est mis en lien avec l’énergétique traditionnelle chinoise. Il y a des points qui sont indiqués.

On a un livret qui indique les points justement préconisés pour chaque patch et les points qui correspondent à des points d’acupuncture qui sont tout à fait non pertinents par rapport aux patchs, par rapport aux bienfaits du patch en question.

Kristine Jouaux : D’accord, c’est pour que ce soit optimum. On pourrait effectivement les mettre n’importe où, mais pour que ça travaille de manière optimale, c’est sur les points énergétiques.

Marjorie Daubas : Oui c’est ça.

Un patch énergétique pour vous aider à dormir

Kristine Jouaux : Donc, tu as expliqué le procédé. Est-ce que tu peux nous raconter, nous expliquer, nous donner un petit peu de détails ou un exemple que tu aurais utilisé, qui aurais particulièrement fonctionné, un exemple pour qu’on comprenne peut-être un petit peu mieux. Tu aurais un exemple concret ?

Marjorie Daubas : Oui, bien sûr, j’en ai plein des exemples.

Déjà, mon histoire personnelle en fait, j’ai commencé avec un patch parce que j’avais des problèmes de sommeil. J’avais des insomnies toutes les nuits depuis des mois, liés aux réveils nocturnes de ma fille, à allaiter. Et voilà, au bout de plusieurs mois, elle me réveillait quatre ou cinq fois par nuit à l’époque et je n’arrivais pas à me rendormir. J’étais complètement déphasée. Du coup, la journée, déjà je me éveillais tard le matin. J’étais fatiguée tout le temps. Je n’avais plus aucune motivation pour rien. Vraiment, c’était très difficile. J’avais plus de patience. Voilà ce qu’il y a c’est que moi, je ne voulais pas prendre de médicaments. Donc, j’avais décidé que j’attendrais qu’elle fasse ses nuits, à moins qu’on me propose une solution naturelle.

Kristine Jouaux : Le manque de sommeil c’est vraiment terrible. C’est à ce moment-là que tu as rencontré les patchs ?

Marjorie Daubas : Oui, il y a presque neuf ans.

Je me patche quotidiennement depuis.

Et donc, en fait, ce qui s’est passé pour moi, c’est que dès la deuxième nuit d’application des patchs, j’ai eu des effets, à savoir que ma fille m’a réveillée comme d’habitude, mais je me suis endormie tout de suite à chaque fois, je n’ai pas d’insomnie. Et surtout le matin, quand je me suis réveillée, j’ai senti vraiment que je revenais de loin, d’un sommeil vraiment profond et récupérateur. J’ai senti une différence par rapport à d’habitude, incroyable.

Kristine Jouaux : Ça t’a permis d’avoir un sommeil réparateur !

Marjorie Daubas : Alors oui, j’ai vraiment senti que c’était une autre qualité de sommeil.

Et au fil des jours d’ailleurs, mon énergie, ma patience, tout est revenu petit à petit. Évidemment, parce que je dormais mieux.

Donc, tout a découlé de ma santé de mon ressenti et j’ai trouvé ça extraordinaire parce qu’à la fois, même si je crois en ces techniques , j’étais encore dans la découverte il y a neuf ans en arrière.

J’ai trouvé ça génial de trouver une solution qui, en plus, soit complètement naturelle parce qu’elle allait permettre à mon corps de fonctionner correctement.

Et d’ailleurs, au bout de trois mois, ces patchs-là je ne m’en suis plus servi. J’ai arrêté de les utiliser et j’ai continué à bien dormir.

Kristine Jouaux : Tu as arrêté d’utiliser ces patchs qui étaient spécial sommeil. Voilà. Mais après, il existe toutes sortes de patch. C’est bien ça ?

Marjorie Daubas : Il y en a que je continue à utiliser régulièrement, par exemple pour la détox, parce qu’on vit dans un monde qui est hyper pollué, pour la réparation, pour l’inflammation, parce qu’on est soumis tout le temps à l’inflammation.

Pour moi, c’est un entretien qui se fait au quotidien dans l’organisme.

C’est ça un vrai programme antivieillissement.

Je n’aime pas trop parler d’antivieillissement parce que moi, à la limite, je m’en fous de vieillir physiquement. Mais je me dis qu’à l’intérieur du corps, c’est important parce que j’ai envie de vivre longtemps et bien et de profiter de la vie jusqu’au bout. J’ai envie de conserver mon indépendance le plus longtemps possible, mais là, je sais simplement que je fais ce travail là à l’intérieur du corps.

Kristine Jouaux : Pour vivre en bonne santé.

Marjorie Daubas : C’est ça exactement.

Et là, pour moi, ça retrouve tout son sens.

C’est pour ça que j’utilise ces patchs régulièrement et tous les jours j’en ai au moins un, et en plus, maintenant avec le nouveau qui est sorti en 2019, sur les cellules souches, celui-là aussi, je l’utilise parce que les cellules souches, c’est quelque chose de très important.

Quasiment aucune contre-indication quant à l’utilisation de ces patchs énergétiques

Kristine Jouaux : Juste avant de passer aux cellules souches parce que tu vas nous en parler, c’est très intéressant. Est-ce qu’il peut y avoir des effets secondaires de ces patchs ? Est-ce qu’il y a des restrictions pour les enfants, les femmes enceintes, ce genre d’utilisation ou bien c’est vaste ?

Marjorie Daubas : Alors les patchs peuvent être utilisés dès la naissance et jusqu’à la fin de la vie sur Terre.

Alors il y a une restriction par rapport aux personnes qui sont greffées, oui, et qui prennent un traitement anti-rejet. Pourquoi ? Parce que le traitement anti-rejet va abaisser les défenses immunitaires de façon à ce que le corps ne rejette pas la greffe. Et les patchs, globalement, tous les patchs permettent de renforcer nos défenses immunitaires. Donc, ça irait à contre sens.

Et après pour les personnes, les femmes enceintes et allaitantes, il y a un principe de précaution parce que toutes les études cliniques qui ont été faites ne contenaient pas de sujets qui étaient dans ces cas-là. Donc du coup, il faut demander l’avis à son médecin.

Moi, je l’ai fait enceinte et allaitante. Le plus gros souci ça va être la détox. Parce que du coup, comme ça passe dans le sang, ça pourrait aller au fœtus. Et comme ça passe aussi dans le lait maternel, quand on allaite son bébé il peut recevoir les toxines.

Moi, je l’ai fait parce que j’avais déjà une hygiène de vie qui était à mon sens correcte et je savais que je n’avais pas beaucoup de toxines dans le corps.

Et puis j’observais aussi mon bébé et tout allait bien.

Et du coup, par rapport aux effets secondaires, toujours avec la détox, il peut y avoir des effets secondaires parce que quand notre corps détoxine, on peut avoir une éruption cutanée ou une transpiration excessive, urine et selles désodorantes. Mais ça, ça va durer juste les premiers jours. Mais alors, c’est un mal pour un bien, parce que j’allais dire, quelque part, c’est vrai que ce n’est pas confortable ni agréable, mais ça veut dire que notre corps se libère, se débarrasse des toxines. Donc ça, c’est génial. Mais c’est un des effets secondaires inhérents au patch. Je me dis que c’est parce que notre corps, il élimine. C’est, en fait, ce qu’il faut bien comprendre, c’est que le patch donne l’information à notre corps et c’est notre corps qui fait le travail, ce n’est pas directement le patch qui fait qu’on détoxine.

C’est parce que le corps reçoit l’information de produire une mutation qui aide à detoxiner.

Le patch X39 pour aider à la régénération des cellules souches

Kristine Jouaux : Donc, tous ces symptômes là, c’est inhérent à la détox, au patch justement ! D’accord, très bien !

Alors maintenant, on en revient donc aux cellules souches. Je vais te laisser nous parler de ça. Qu’est-ce que tu peux nous dire sur les cellules souches? Qu’est-ce que c’est déjà ?

Marjorie Daubas : Les cellules souches sont des cellules universelles, c’est-à-dire que c’est des cellules qui sont capables de se transformer en tout autre type de cellules du corps. Cellules de la peau, cellules du foie, cellules des muscles, cellules nerveuses.

Voilà donc, quand une cellule souche va se diviser, soit elle va redonner des cellules souches, soit elle va donner des cellules spécialisées en fonction des besoins du corps. Ces cellules souches, on en a tout au long de notre vie.

Ce qu’il y a, c’est qu’avec l’âge elles deviennent de moins en moins actives.

D’ailleurs, c’est pour ça que c’est elle qui intervient, pour la cicatrisation, par exemple. Et c’est pour ça que les personnes âgées, elles ont plus de mal à cicatriser parce que les cellules souches sont moins actives. Et ces cellules souches aussi, elles interviennent dans la vie de façon tant pour des situations temporaires, j’allais dire, comme la grossesse, par exemple, ce qui permet d’agrandir la taille de l’utérus.

Justement, ce sont les cellules souches.

On sait que le cœur des athlètes est plus gros, par exemple parce qu’il y a plus de stimulations et parce qu’il y a un plus fort besoin d’oxygénation donc il grossit.

Et ça, c’est à l’origine les cellules souches.

Notre corps est intelligent.

Il est capable de savoir de quoi il a besoin.

Et donc, comme je disais tout à l’heure, la cellule souche elle se divise, soit en cellules souches soit en cellules spécialisées selon les besoins du corps. C’est lui qui va décider en quoi se transforme la cellule souche.

Kristine Jouaux : C’est incroyable de voir l’intelligence du corps qui est capable de s’auto-régénérer, de savoir de quoi est-ce qu’il a besoin, de quel type de cellules il a besoin !

Marjorie Daubas : Tout à fait. Et ça, c’est génial.

Notre corps est fabuleux. Franchement, c’est une merveilleuse machine, comme on dit.

Kristine Jouaux : Ah oui, c’est sûr. Mais le lien que tu fais alors entre les cellules souches et tes patchs ?

Marjorie Daubas : Alors, justement, c’est que depuis janvier 2019, il y a un nouveau patch qui est à disposition des personnes.

Et ce patch fonctionne de la même façon que les autres. Il va donner à notre corps une information qui est de stimuler la production d’un peptide en particulier, qui est un peptide de cuivre.

Ce peptide de cuivre, il est étudié depuis plus de 50 ans par un chercheur, en particulier aux Etats-Unis qui s’appelle le Dr Loren Picard, qui a écrit même un bouquin juste sur cette molécule.

Donc ce peptide de cuivre, on le produit naturellement, mais toujours pareil, avec l’âge sa production diminue. Ce peptide de cuivre, en fait, il est capable d’activer nos propres cellules souches.

Donc, le patch X39 va stimuler la production de ce peptide de façon à ce que nos cellules souches soient plus actives et entre autres bienfaits, c’est qu’il va régénérer les cellules souches, c’est-à-dire qu’on va avoir des cellules souches plus jeunes.

Donc, vraiment un véritable programme de rajeunissement !

Il y en a plein, de témoignages, uniquement avec ce patch-là dans plein de domaines que couvraient les autres patchs le sommeil, l’énergie… Il stimule aussi la production de glutathion qui permet de détoxiner, la réparation évidemment des tissus, la cicatrisation.

On a des témoignages incroyables en terme d’esthétique, de réparation, vraiment très belle, en terme de durée de cicatrisation. Les temps de cicatrisation, ils raccourcissent. Et même les médecins sont assez surpris des retours ou les médecins paraissent vraiment surpris du peu de temps que ça a pris.

Et aussi pour les douleurs aussi. Ce patch là, vraiment, a beaucoup de bénéfices pour tous types de douleurs.

Beaucoup de témoignages… En quelques heures parfois, après la pose d’un patch, beaucoup ressentent une amélioration, voire une suppression de la douleur. Et parce qu’il y a un vrai travail de réparation qui se fait dans le corps.

Kristine Jouaux : D’accord, c’est un peu un patch multifonction. Est-ce qu’il remplace les autres ou il les complète ?

Marjorie Daubas : Alors, c’est vrai que quand il est sorti, je me suis dit : « Mais du coup, à quoi ça sert de patcher avec les autres maintenant, puisque celui là, on a l’impression qu’il fait tout ! ».

Alors tout le monde ne ressent pas les bénéfices dans chaque domaine.

Mais au jour d’aujourd’hui, avec un peu plus de recul que j’ai là, d’utilisation et autour de moi, de ce que je peux voir ou entendre, je dirais que c’est intéressant de commencer avec ce patch-là.

Peu importe la problématique qu’on a ou les problématiques, et de se rendre compte de ce que ça fait sur nous.

Et après, on peut affiner avec les autres patchs. C’est-à-dire qu’une personne qui se patche pour des douleurs, par exemple, elle va ressentir une amélioration, mais c’est pas tout à fait le top. Elle peut compléter avec les patchs Icewave qui sont des patchs qui ont été reconnus scientifiquement pour atténuer les douleurs et qui sont une solution lors de la réparation au niveau des douleurs.

Kristine Jouaux : Une sorte de patch général et après, on se spécialise selon si on a un problème particulier sur le sommeil, sur la douleur, sur le problème que l’on peut avoir spécifique.

Marjorie Daubas : L’énergie aussi. Parce qu’en fonction de nos besoins, en fonction de notre vie, du nombre de nos activités et en fonction de notre état physique et mental, on ne va pas avoir les mêmes besoins.

Et donc, il faut déjà tester avec ce patch-là, et après affiner si besoin.

Kristine Jouaux : D’accord. Est-ce que toi, tu es thérapeute d’une certaine manière ? Ou bien tu utilises ces patchs manifestement, pour toi, pour ta famille, mais est-ce que tu partages tes connaissances auprès d’un public, d’une certaine manière ?

Marjorie Daubas : Oui.

Alors je ne suis pas thérapeute au sens propre du terme parce que je n’ai aucune formation, j’allais dire « reconnue, qualifiée ».

Effectivement, je fonctionne beaucoup en autodidacte.

J’aime faire mes propres expériences dans tous les domaines de la vie. J’aime expérimenter et me rendre compte si ça me convient ou pas.

Et par rapport aux patchs en particulier, j’ai une formation initiale et je fais de la formation continue aussi auprès de l’inventeur des patchs américains et ça me permet effectivement de pouvoir accompagner les personnes que je suis.

Voilà, justement, c’est un accompagnement que je propose.

Je suis les gens au fur et à mesure de leurs expérimentations et on reste en contact tout le temps.

C’est très important pour moi et je peux les aiguiller avec mes différents outils, même autres que les patchs.

Parce que l’alimentation aussi, par exemple, pour moi c’est très important.

Des conférences et des ateliers pour découvrir les patchs énergétiques

Kristine Jouaux : D’accord. Au début, je disais que je t’avais rencontré sur un salon. C’était un salon bien-être à Perpignan, puisque tu n’habites pas très loin de Perpignan. Je pense qu’on peut te retrouver dans un centre de bien-être, c’est ça non ? D’ailleurs, je crois que tu as une information importante à nous donner !

Marjorie Daubas : Tout à fait. Je fais partie de deux groupes d’intervenants dans le bien-être. J’interviens dans La Maison du bien-être à Béziers qui s’appelle Canopée qui est au centre de Béziers, où je loue un bureau pour recevoir mes entretiens individuels.

C’est là aussi que je fais des conférences, des ateliers découverte des patchs.

Et puis je fais partie aussi d’un club qui s’est créé en janvier 2019 qui s’appelle le Club au bien-être, où on est 6 pour l’instant à proposer des thérapies différentes.

Justement là, on vient d’avoir l’idée de proposer une journée bien-être en ligne.

Puisque les salons du bien-être ne sont plus disponibles comme on le connait actuellement. On a eu cette idée de proposer une journée bien-être où 6 conférences vont être proposées sur des thématiques différentes. C’est le 6 juin, de 10 heures à 16 heures à peu près. Et tout au long de la journée il y aura 6 conférences suivies d’un question-réponse en direct sur zoom, comme ça il pourra y avoir interaction suite aux conférences sur lesquelles vous êtes préenregistré. Kristine pourra mettre le lien vers l’événement.

Lien d’inscription au salon bien-être en ligne du 6 juin : https://www.facebook.com/events/266370954408895.

Kristine Jouaux : Bien sûr, comme ça les gens qui veulent en savoir plus pourront te parler en direct, te poser des questions et tu pourras donner plus de détails.

Mais bon, c’était très intéressant, tu nous as déjà donné pas mal de détails. Est-ce qu’il y a quelque chose que tu voudrais ajouter, un élément, quelque chose peut-être ?

Moi je mettrai en dessous les liens pour qu’on puisse te retrouver facilement et te poser éventuellement des questions.

Marjorie Daubas : Ce que je pourrais ajouter, c’est que si ce que vous avez entendu vous parle, je vous invite à tester par vous-même pour vous rendre compte des bienfaits que ça peut procurer. Parce qu’on est tous différents, on a tous des résultats différents. C’est toujours intéressant de se rendre compte par soi-même.

Kristine Jouaux : Bien sûr. Merci beaucoup Marjorie, c’était très intéressant.

On se retrouve donc le 6 juin, si j’ai bien retenu.

Je mettrai les liens.

En zoom donc, on a pas besoin de bouger de chez soi, on pourra suivre les conférences directement. Parfait.

Merci beaucoup Marjorie Daubas, au revoir !

Marjorie Daubas : Merci beaucoup Kristine, merci à tous. Au revoir !

Propos recueillis par Kristine Jouaux

Pour aller plus loin avec Marjorie Daubas

Site internet de LifeWave : https://lifewave.com/majoli34#

Page FB pro : https://www.facebook.com/HarmoLife/

Chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCAKOiul4UH0poNEEXJZ-6Og

Evénement du 6 juin : https://www.facebook.com/events/266370954408895

Chaîne YouTube du Club O’ Bien-être : https://www.youtube.com/channel/UCbb02yJG6YEKKDHphbMYKww

Site internet de la Maison du Bien-être Canopée : http://www.bien-etre-canopee-beziers.fr/

Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
    600
    Partages
  • 599
  •  
  •  
  • 1
2 réponses
  1. Avatar
    Buchs dit :

    Bonjour j aimerais savoir ou l ont peut trouver ces patchs en Suisse merciiii beaucoup très très interessant

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *