Interview de Damien Weck, ingénieur de formation et auteur du blog ondesetsante.com. Dans cet interview, Damien vous explique comment vous protéger des ondes électromagnétiques chez vous. Il vous donne les bonnes pratiques à suivre concernant l’usage de plusieurs objets du quotidien.

Abonnez-vous à nos flux audios :

 

Interview version audio :

Transcription

Damien Weck, un cheminement personnel et des questionnements qui l’ont amené à s’intéresser aux effets des ondes électromagnétiques sur la santé

Kristine Jouaux : Bonjour, c’est Kristine de Penser quantique. Aujourd’hui j’ai le plaisir d’accueillir Damien Weck du blog ondesetsante.com. Il va nous parler d’ondes, d’électromagnétisme et de santé précisément. Damien Weck aborde aussi d’autres thématiques sur son blog. Il parle de développement personnel, il parle aussi de spiritualité.

Damien est ingénieur de formation. Il a, à un moment de sa vie bifurqué. Il s’est formé à diverses techniques et diverses approches. C’est comme ça que Damien a découvert le reiki, l’anthropologie, la relaxation cranio sacrée, je crois que ça s’appelle. Enfin, quel parcours très intéressant ! Je vais le laisser se présenter.

Donc, Damien, si tu veux nous parler de toi, je vais te laisser la parole parce que tu es mieux placé que moi pour nous expliquer un peu ton parcours.

Damien Weck : Bonjour Kristine !

Merci pour ta proposition, merci de m’inviter sur ta chaîne.

Au niveau de mes études, j’ai une formation d’ingénieur. J’ai travaillé pendant quelques années à Paris dans le domaine de l’informatique. Pendant mes études d’ingénieur, en fait, j’avais déjà commencé à m’intéresser à divers sujets. Ce qui m’avait amené à la santé, au départ, c’était plutôt un intérêt vers tout ce qui était développement durable et impact au fur et à mesure du développement durable.

C’est forcément lié à la santé.

Donc, moi, j’étais passé par l’alimentation, tout ce qui était produits phytosanitaires et également les industries des énergies fossiles, du pétrole, les industries pharmaceutiques, etc.

C’était ça qui m’avait peu à peu amené à la thématique de la santé et également la thématique du développement personnel, parce que je m’intéressais à tous ces sujets. J’étais un petit peu noyé sous des thématiques qui me paraissaient vraiment énormes. Mais du coup, la question que je me posais, c’était comment agir ? C’était assez anxiogène pour moi.

Et c’est ça qui m’a amené à la question de ce que je pouvais faire à mon niveau ? Qu’est ce que je peux faire déjà pour moi ?

Et donc les thématiques de la santé, du développement personnel, de comment me sentir bien dans ma tête pour agir au quotidien et avancer vers des objectifs qui soient dans mes cordes. Arrêter de me prendre la tête sur des choses qui sont totalement hors de ma portée.

Kristine Jouaux : Est-ce qu’il y a eu un moment où tu t’es spécialisé ? Où tu t’es plus intéressé aux ondes et à l’électromagnétisme ?

Damien Weck : Déjà, de façon générale, je pense que mes recherches, dont je parlais juste avant, au niveau géopolitique, environnemental, etc., étaient déjà un peu alternatives. A toujours aller chercher un petit peu, à aller gratter, à aller chercher les choses « cachées » entre guillemets…

Dans le domaine de la santé, c’était un peu pareil. Je me suis intéressé d’abord aux thérapies énergétiques et aux machines thérapeutiques qui utilisaient les ondes électromagnétiques plutôt pour soigner.

Ce qui m’a amené à m’intéresser au côté plutôt « dangereux », néfaste des ondes électromagnétiques, c’est une personne de ma famille qui est devenue électro hypersensible.

Kristine Jouaux : C’est vrai qu’on imagine bien que les ondes électromagnétiques peuvent être parfois bonnes et parfois mauvaises. Il y a les deux côtés de la facette, les ondes bénéfiques et les ondes nocives.

Qu’est-ce que tu peux nous dire là-dessus, sur ces deux facettes des ondes ?

Damien Weck : De manière générale, il me semble que si quelque chose a un effet positif ou négatif, il y a forcément aussi l’autre côté de la pièce.

C’est la phrase : « Rien n’est poison, tout est poison ! C’est la quantité qui fait le poison. »

Avant d’aller du côté « nocif » et « pas nocif », on peut distinguer les électromagnétiques en deux catégories.

Il y a les ondes électromagnétiques naturelles, qui existaient avant que l’être humain vienne à créer ses technologies et ajouter ses propres sources d’ondes électromagnétiques.

Par exemple à la lumière du soleil qui nous arrive en permanence quand il fait jour.

Elle est à la fois bénéfique et elle peut être également dangereuse. On sait tous que si on reste trop longtemps exposé au soleil, on peut avoir des coups de soleil à cause des UV. La lumière du soleil est bien sûr totalement nécessaire à la vie sur terre, que ce soit pour les plantes, pour les êtres humains, etc.

Tous les organismes vivants ont une interaction avec les champs électromagnétiques. L’être humain et tous les organismes vivants sont des systèmes électriques, donc il y a des interactions qui se passent à ce niveau là.

Les téléphones fixes sans fil émettent davantages d’ondes électromagnétiques que que les téléphone filaires

Kristine Jouaux : Tu pourrais nous dire s’il y a des gestes simples que l’on peut faire pour se protéger ? Evidemment, par exemple, pour le soleil, ça, c’est facile de ne pas s’exposer trop longtemps. Mais qu’est-ce que tu pourrais nous donner comme conseil pour bien vivre avec le champ électromagnétique, avec toutes ces ondes ?

Damien Weck : Le premier exemple est le téléphone fixe sans fil, qu’on appelle DECT*.

*DECT = de l’anglais : Digital Enhanced Cordless Telecommunications abrégé en DECT signifiant littéralement « téléphone sans-fil numérique amélioré ».

Moi-même chez moi, on avait pris un téléphone fixe sans fil mais par contre, on évitait d’utiliser le téléphone portable.

Et ce qu’il faut savoir c’est que, ces téléphones fixes sans fil sont vraiment très, très émetteurs d’ondes électromagnétiques.

Donc la première solution, c’est d’avoir un téléphone fixe avec un fil, ça existe encore, ça se trouve.

La deuxième solution, c’est quand même de prendre un téléphone fixe sans fil, mais il y a un nom qui est assez précis, c’est ECO PLUS DECT, ou bien DECT ECO PLUS.

Ça veut dire qu’ils ont un mode éco qu’il faut activer (qui n’est pas mis par défaut) comme pour les téléphones portables afin que la base (socle) et le combiné du téléphone ne communiquent que pendant les appels et pas le reste du temps.

Les plugs Ethernet, une solution ? Pas sûr…

Damien Weck : Une autre chose que l’on a également expérimentée chez moi parce qu’on pensait que ça allait être une solution pour réduire les ondes, c’était des plugs. On a mis en place des plugs Internet.

Ça sert à remplacer le Wi-Fi.

Mais du coup, le réseau Internet passe par le réseau électrique. Ça peut apparaître être une solution pour ne pas utiliser le Wi-Fi et donc réduire les ondes dans le logement, mais il se trouve qu’en fait ces plugs rajoutent un courant électrique. Ils vont rajouter des fréquences sur le courant, sur le réseau du logement.

Il faut savoir que le principe de base pour créer une onde électromagnétique est que toute charge qui se déplace va créer un champ électromagnétique.

Ainsi, tout notre réseau électrique devient comme une antenne qui émet un champ électromagnétique correspondant à des fréquences.

En effet, notre circuit électrique émet en permanence du 50 Hz, puisqu’il y a du 50Hz et 220 volts qui passent en permanence. Mais si on rajoute à un signal, par exemple avec les plugs, je ne connais pas les fréquences, mais c’est des Gigahertz , et vue que le réseau électrique est partout dans la maison, ça rajoute une pollution vraiment très, très importante !

Les plugs Internet, les plugs Ethernet, c’est vraiment quelque chose à éviter à tout prix. Et donc là, l’alternative, ça va être de faire passer des câbles Ethernet dans le logement, c’est-à-dire des câbles RJ45.

C’est vraiment la meilleure solution.

Et puis, la connexion sera d’autant meilleure.

Le bois amplifie les ondes électromagnétiques selon Damien

Damien Weck : Autre chose, il y a un matériau qui est très présent dans les logements et qui n’est pas hyper efficace par rapport aux champs électromagnétiques et qui a tendance à les amplifier, c’est le bois.

Et donc, par exemple, quand on travaille sur un bureau en bois avec un ordinateur, on peut sentir des picotements ou de la chaleur dans les jambes au bout d’un certain temps. Le bois va avoir tendance à accumuler le champ magnétique, puis à le renvoyer.

Bon, moi, j’ai des matériaux, des meubles en bois chez moi… Mais il y en a certains que nous avons changé pour éviter justement ce désagrément lié au bois.

Par exemple on avait un meuble télé et il y avait aussi la box internet dedans. Il était en bois et on a eu des mesures avec un appareil assez effrayantes.

Les mesures étaient vraiment énormes. C’était de l’ordre de 100 volts par mètre. C’est au dessus des normes françaises, et il faut savoir que les normes françaises sont très, très « laxistes ».

Privilégiez un reveil à piles

Damien Weck : On peut également agir au niveau de la table de chevet.

Par exemple, si vous avez une lampe de chevet ou un radio réveil qui est branché en permanence et que votre table de chevet est en bois, ça va être vraiment peu propice à un sommeil régénérateur. Parce que vous allez avoir sans cesse cette zone d’émission.

Si vous avez un téléphone fixe sur votre table de chevet ou votre PC, ou votre téléphone portable, que vous ne mettez pas en mode avion, tout vient s’ajouter et ça augmente beaucoup les champs magnétiques résiduels.

La pollution la plus importante, ça va être le radio réveil qui est sous tension en permanence. Parce que si vous le débranchez, il ne donne plus l’heure. Du coup, c’est la première chose à supprimer.

Si vous pouvez le faire, remplacez-le par un petit réveil à pile.

Parce que ça va vraiment créer des pollutions très, très fortes, juste au niveau de la tête pendant toute la nuit. Remplacez-le par un réveil avec piles ou même utilisez votre téléphone portable comme réveil en le mettant en mode avion. C’est toujours une meilleure solution que de mettre votre radio réveil sous tension sur votre table de chevet.

Le four à micro-ondes et les plaques à induction à éviter ?

Damien Weck : Autre chose, le four micro-ondes, les plaques à induction… Toutes ces choses-là sont à utiliser le moins possible selon moi. Les plaques à induction peuvent-être remplacées, si possible, par des plaques qui ne sont pas à induction.

Le micro-ondes est à éviter. La meilleure façon de ne pas l’utiliser et de le mettre à la cave et pas dans la cuisine. Tout ce qui reste en veille également est sous tension. Là où il va rester une petite lumière allumée ou s’il y a l’heure sur le four micro-ondes, sur le four, sur la machine à laver…

Tout ceci veut dire que vos appareils sont sous tension et qu’il y a des petits champs électromagnétiques qui restent là, un peu omniprésents.

Ceci dit, pour le cas du four micro-ondes, quand il est en fonctionnement, les rayonnements sont vraiment importants. Même s’il doit émettre sans doute un petit peu quand il reste sous tension, cela reste incomparable avec les rayonnements qu’il émet quand il est en fonctionnement.

Quand il est en fonctionnement, même si c’est quelques minutes par jour, il émet des champs électromagnétiques très puissants. Pour moi, cela reste à éviter, même quelques secondes par jour.

Kristine Jouaux : Moi à la maison, ça fait plusieurs années maintenant qu’on a éliminé le micro-ondes parce qu’on en avait un, bien sûr, avant de s’intéresser à tout ça. Je crois que beaucoup de foyers en France, en ont un « malheureusement ».

Au début, on se préoccupait de savoir comment on allait réchauffer la purée ou ceci cela. Mais après, je vous rassure, on s’y fait très bien. Je vis très bien sans micro-ondes. C’est vrai que si on peut s’éviter de rajouter certaines pollutions, c’est mieux.

Evitez de vous déplacer quand vous communiquez avec des technologies sans fil

Damien Weck : L’idéal, c’est de couper toutes les communications, toutes les technologies sans fil lorqu’on ne les utilise pas. Le Wi-Fi, le Bluetooth…

Je mets aussi très souvent le mode avion sur mon téléphone portable. Je suis très rarement joignable du coup mais c’est ainsi.

Au niveau de la communication quand on veut téléphoner, l’idéal c’est de le faire quand on ne se déplace pas.

Mieux vaut éviter de téléphone en voiture, dans le train, dans le bus, etc. Parce que quand on se déplace, le téléphone va émettre des signaux plus forts pour aller chercher la nouvelle antenne la plus proche pour se connecter. Donc en permanence, lorsqu’il s’éloigne de l’antenne, le réseau devient plus faible et il augmente son signal retrouver un connexion.

Finalement, plus les barres de réseau sont faibles sur le téléphone portable, plus le téléphone portable émet fortement. On aurait tendance à penser l’inverse, c’est-à-dire, quand il y a beaucoup de réseau il y a beaucoup d’ondes, mais en fait c’est le contraire.

Quand il y a beaucoup de réseau, ça veut dire que l’antenne relais est « proche », donc votre téléphone portable émet moins.

Kristine Jouaux : Et oui, il fait moins d’efforts pour se connecter au réseau. Donc, effectivement, quand on n’a pas beaucoup de barre, c’est là où c’est le plus dangereux. Le pire, c’est le téléphone dans le TGV, tout le monde qui téléphone dans le TGV ou quelque chose qui va vite comme ça. Ça peut donner carrément mal à la tête assez rapidement. J’ai fait des trajets de TGV de 5 heures Perpignan-Paris, à la fin, on a hâte que ça s’arrête.

Damien Weck : Il y a le côté vitesse et en plus, il y a le côté cage de Faraday.

Les cages métalliques emprisonnent les champs électromagnétiques et du coup, ça reste à l’intérieur. On se prend des doses plus grandes.

La dernière chose la plus importante à savoir, ou en tout cas le pire usage du téléphone portable que l’on puisse faire, et beaucoup de personnes le font, c’est d’utiliser le téléphone portable dans la voiture et en mode GPS.

Parce que quand on est en mode GPS, du coup, on est en train de se déplacer en voiture.

La voiture fait cage de Faraday.

Le téléphone émet beaucoup parce qu’il cherche tout le temps des nouvelles antennes du fait du déplacement. Comme on active les données mobiles pour faire fonctionner le GPS, à ce moment là, le téléphone portable émet autant, voire plus, que quand on est en simple communication téléphonique. Il émet donc beaucoup.

Quand on est en communication téléphonique, j’avais fait des mesures sur quelques téléphones portables, ça émet entre 10 et 20 volts par mètre. Les limites françaises, en général, c’est de 64 volts par mètre.

Ce sont des émissions qui sont très, très, très élevées.

Les personnes qui s’intéressent à la santé et aux ondes électromagnétiques, conseillent d’être en dessous de 1 volt par mètre.

Quand on est en communication avec le téléphone portable, si on le met à la tête en étant vraiment proche, on est à 10, 20 volts par mètre.

C’est ce qui se passe quand on est en mode GPS dans la voiture.

Le GPS hors ligne, une solution ?

Damien Weck : Du coup, pour éviter de créer cette forte pollution électromagnétique, pendant très longtemps, une demi heure même, voire des heures en voiture, il y a des solutions qui existent, des GPS hors ligne.

Kristine Jouaux : GPS hors ligne, d’accord. Ça, c’est une bonne information.

Damien Weck : Avec les GPS hors ligne il faut télécharger les cartes en amont de votre voyage. On va télécharger toutes les données. Ce sont des GPS dont les données peuvent être un peu lourdes à télécharger. Ça peut représenter 1, 2 ou 3 gigas octets, soit l’équivalent de 3 ou 4 films haute-définition pour donner une idée. Ça dépend des cartes.

Une autre solution est de télécharger les cartes sur votre téléphone portable, puis une fois que vous avez entré votre itinéraire et démarré la navigation on désactive les données mobiles et c’est bon.

On a juste à activer le mode GPS (localisation de la position) qui n’est pas émetteur d’ondes. Le GPS, c’est finalement juste le téléphone portable qui calcule votre itinéraire en fonction des données qu’il va recevoir des antennes ou des satellites. Quand il fait un calcul, il n’y a pas d’ondes qui sont émises.

Du coup, on va pouvoir vraiment couper les données mobiles qui ne viendront plus se rajouter à la localisation du GPS. Même en mode avion cela fonctionne. Le téléphone continue à nous guider sans avoir besoin du mode DONNEE MOBILES.

Pour aller plus loin sur ces thématiques, vous pouvez soit vous rendre sur mon blog ondesetsanté.com ou j’ai des articles complets sur le sujet.

Il y a des livres sur lesquels je me suis appuyé dont deux vraiment très complets.

Le premier s’appelle « La pollution électromagnétique ». C’est un ouvrage collectif, mais l’auteur principal c’est Claude Bossard. Le deuxième ouvrage, c’est « Comment se protéger des ondes électromagnétiques » de David Bruno.

Kristine Jouaux : Merci beaucoup pour cet entretien Damien. Peut-être qu’on se reverra sur un autre sujet, parce que je crois que tu as, comme je disais au début, beaucoup de cordes à ton arc.

Damien Weck : Merci beaucoup pour ton invitation Kristine. Oui, on peut refaire avec plaisir une autre session plus tard.

Kristine Jouaux : Entendu. Merci. Au revoir Damien !

Damien Weck : Merci !

Propos recueillis par Kristine Jouaux

Retrouvez le blog de Damien sur ondesetsante.com

Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
    495
    Partages
  • 494
  •  
  •  
  • 1
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *