Au cours des derniers mois, je vous ai à plusieurs reprises entretenu de la manière dont la connexion au corps peut nous permettre d’avoir le bon réflexe, prendre la bonne décision, évaluer la qualité d’une substance, d’une information et même d’une doctrine.

Ce mois-ci, je reviens sur la prise de décision par le corps, avec certaines clés supplémentaires permettant de distinguer si la réponse vient de la conscience ou si elle est sous l’influence des peurs, des envies ou des croyances.

Abonnez-vous à nos flux audios :

Protocole de décision par le corps

Le protocole permettant de faire participer le corps à une prise de décision tel que le transmet Michel Gaborit, créateur de la méthode Alpé (Accompagnement à la libération des perturbations émotionnelles) est simple. Le voici pour rappel :

Installez-vous confortablement, assis ou semi- allongé,

• portez votre attention aux sensations présentes dans votre corps en mode laisser faire pendant 30 secondes,

• quand vous sentez que votre attention est bien dans votre corps, dites intérieurement : « Donne-moi le oui » puis attendez la réponse sous forme de sensations internes,

revenez au neutre,

• dites intérieurement : « Donne-moi le non », puis attendez la réponse du corps sous forme de sensation interne,

• testez une ou plusieurs décisions par une phrase affirmative au présent. Exemple :

• je consulte le Dr Untel pour…

• je prends tel complément alimentaire,

• j’adopte tel mode alimentaire,

• j’accepte telle mission,

• etc.

Soyez large dans les options testées, en vous laissant inspirer, mais soyez également précis dans vos affirmations.

Par exemple, si l’on vous propose un protocole de soin et que vous avez un doute, vous avez de multiples options possibles à tester.

L’idée est alors de partir du général pour vous diriger vers le particulier.

Par exemple, j’accepte ce protocole (oui/non), j’accepte une partie de ce protocole (oui/non), j’accepte tel soin (oui/non).

Ou encore, je prends un autre avis (oui/non), je prends l’avis de telle personne (oui/ non), etc.

Lien direct avec le potentiel futur

Cette consultation par le corps est fort simple puisqu’elle prend un raccourci qui évite la décision mentale basée sur notre historique personnel, souvent teinté de croyances, de culpabilités et parfois de peurs traumatiques.

Ce raccourci m’apparaît être en lien direct avec le potentiel futur de la décision, lequel est accessible à tout un chacun, comme l’ont montré les expériences du psychologue Daryl Bem (Cf. dossier « Sortir de l’espace-temps pour guérir ? » dans le prochain Néosanté).

Lien vers le dossier bientôt disponible

Par ailleurs, repérer si le mental s’est immiscé dans les réactions du corps une fois que l’on a étalonné nos sensations en réponse oui/non fait également appel à une mécanique simple.

En effet, à chaque affirmation, le corps donnera une sensation de oui, de non ou d’autre chose.

Si c’est autre chose, ce n’est pas la réponse de la conscience via le corps mais celle d’une peur, d’une culpabilité, d’une croyance ou d’un désir (lequel renvoie généralement à une peur mais c’est un autre sujet).

Que faire si ce phénomène se produit ?

C’est également très simple. Il suffit de laisser les sensations se déployer inconditionnellement dans le corps et évoluer, comme le proposent les méthodes Tipi ou Alpé déjà évoquées dans cette rubrique lorsque l’on est aux prises avec une perturbation émotionnelle.

L’expérience n’est pas très agréable, mais si vous laissez complètement les tensions monter dans le corps, celles-ci, après avoir atteint un point culminant, se relâcheront subitement, laissant votre corps détendu.

Cela voudra dire qu’une perturbation émotionnelle réveillée par cette affirmation a été libérée.

Vous pourrez alors de nouveau affirmer votre option et observer la réponse du corps. S’il n’y a pas d’autre perturbation disponible derrière la première, vous obtiendrez une réponse oui/non.

Si ce n’est pas le cas, laissez les sensations se déployer précédemment jusqu’à obtenir la réponse binaire du corps.

Témoignage : le processus de décision par le corps

Le témoignage suivant illustre ce processus : un ami me consulte pour savoir s’il est opportun pour lui d’accepter d’interagir avec quelqu’un, nouveau venu dans son cercle de connaissances.

Il a des doutes sur son honnêteté mais craint les réactions de l’entourage.

Comme il s’agit de relations, je lui propose, après avoir étalonné son corps en mode oui/non, de laisser venir à lui l’image de la personne en question. Aussitôt, des réactions physiques se manifestent, différentes du oui/non.

Il s’agit probablement d’une peur. Je lui suggère de laisser évoluer ses sensations. Après un point culminant, les sensations s’apaisent.

À nouveau, je lui suggère de laisser venir à lui l’image de la personne. Cette fois, d’autres sensations désagréables, différentes des précédentes, se manifestent, mais toujours pas de oui ni de non.

Comme précédemment, il laisse évoluer les sensations jusqu’à leur point culminant, aussitôt suivi d’une détente du corps.

Troisième évocation de l’image : cette fois, une seule sensation se manifeste, celle du non… « à présent », lui dis-je, « formule intérieurement : j’accepte d’interagir avec x ».

Aussitôt, mon ami décrit des sensations désagréables, encore différentes du oui et du non.

Nouvelles montées de tensions, jusqu’à l’apaisement.

Au deuxième passage, c’est un non sans ambiguïté. Pourtant, mon ami a un doute. Il craint les réactions de l’entourage face à son refus. Je lui propose de prononcer la phrase contraire de la précédente : « Je refuse d’interagir avec x ».

Nouvelles sensations désagréables encore différentes des précédentes qui s’apaisent au bout de quelques instants. Au deuxième passage, un non clair se manifeste.

Cette fois, mon ami est prêt à assumer son refus sans peur ni culpabilité. Plus tard, j’apprendrai que la suite des événements l’a conforté dans son choix.

Il a désactivé trois mémoires de peur, une de culpabilité et pris une décision aux conséquences heureuses….

Auteur : Emmanuel Duquoc

Emmanuel Duquoc

Coach en cohérence cardiaque, écrivain et journaliste, Emmanuel Duquoc est passionné par les liens entre alimentation, émotions et santé. Il est l’auteur, outre de nombreux guides culinaires, des livres « Les 3 émotions qui guérissent » et « 52 semaines pour vivre bien sans médecin » (Éditions Thierry Souccar).

Cliquez sur ce lien poour accéder au sommaire du magazine n°103 de Néosanté

 

Retouvez le magazine Néosanté sur neosante.eu.

Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
    382
    Partages
  • 382
  •  
  •  
  •  
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *